Histoire

  • Quelques points de l’Histoire de Varetz

Nous vous présentons ici quelques courts extraits de l’ouvrage « Entre Loyre et Vézère : VARETZ », écrit et publié par André Roque en 1995.

« D’or à la croix ancrée de gueules au franc canton d’or chargé de deux lions léopardés de gueules l’un sur l’autre »
Armoiries de Varetz aux Armes d’Aubusson et de Comborn (telles que reproduites en jaune et rouge en tête de cette page).

Son nom provient vraisemblablement de Varitium : « le domaine de Varitius », citation de Nadaud dans la « Vie de Saint-Viance », datant du VIIe.

  • Le château de Castel Novel

Juché sur son mamelon de verdure, émergeant d’une vaste prairie, entouré des eaux de laLoyre et de la Vézère. le château de Castel-Novel, dont vphoto1l’origine connue remonterait au XIIe siècle, dresse ses romantiques tourelles.« L’endroit a, sans doute, été habité de tous temps. Des fouilles faites auprès des fondations du château ont exhumé des monnaies romaines, mais le vocable de Castel-Novel n’apparaît bien dans les documents qu’en 1289, adjoint à un nom de famille (Pida de Castel-Novel) ».
« En 1316, il reparaît sous la forme de Castro Noël, dans un don de dîme de la laine perçue sur ce lieu dit fait par Guichard de Comborn, chevalier, à Geoffroy Mélie, d
amoiseau de Pompadour, pour ses bons services et à raison de parenté ».
« A cette époque, c’était une dépendance de la Châtellerie d’Ayen au pays de l’Yssandonnais, mais Castel-Novel fut à son tour, avec la paroisse de Varetz, une châtellerie secondaire, et un fief de la Vicomté de Ségur et Limoges ».

chateau4(Louis de Nussac (Bulletin de la Société, historique, scientifique de la Corrèze)
Au XIIIe siècle, la tour de l’ouest était certainement le donjon défensif et servait de tour de guet.
Le corps de logis central fut ajouté et crénelé au XIVe siècle.

Au XVIe siècle, ces créneaux furent remplacés par d’élégantes tourelles et une galerie de balustres à l’italienne. La façade fut remaniée au XVIIIe siècle.[…]

  • L’Église

vphoto7L’église, en partie romane de par son porche, date du XIIe. Elle fut maintes fois remaniée, particulièrement au XIXe. À une époque imprécise, comme on la trouvait insuffisante, on abattit le mur côté nord pour l’agrandir;village5 il fut remplacé par deux colonnes cylindriques, qui semblent inspirées de celles de St Martin de Brive. Deux beaux chapiteaux du XIIe les surmontent ; la nef est flanquée de deux petites chapelles.
L’autel-rétable, en bois doré, date très vraisemblablement des XVIIe et XVIIIe.

« Le clocher a une certaine originalité : sur le rectangle, de la tour, une charpente s’avance, proéminente sur deux côtés, en s’appuyant d’une poutrelle, faisant ainsi une base hexagonale à la toiture et lui évitant une lourdeur qui serait disgracieuse « .[…]

  • Les places
vphoto5 eglise10
vphoto4 place2p1

Varetz possède une particularité, celle d’avoir deux places publiques formant une équerre. Pourquoi ? Était-ce dû à l’humeur d’un agent-voyer ? Non, mais tout simplement au bon vouloir du ruisseau de « La Farge ». Celui-ci, longeant l’ancien chemin de la Potence à Saint-Viance, scindait le bourg en deux parties. Varetz rive gauche avait sa place, Varetz rive droite avait la sienne. Ce qui n’était guère commode pour le bon fonctionnement du bourg, il faut bien l’avouer.

[…] Puis, en 1868, le ruisseau se trouva canalisé par un aqueduc et nos deux places furent réunies, ce qui améliora considérablement la vie quotidienne des gens du bourg et favorisa le commerce.[…]

  • 1912 : Les « faucheurs de marguerites »

Roland Garros, Védrines, Vergniault, Chambenois : ces vphoto3fougueux pionniers de l’aviation, pendant trois jours, firent frémir d’admiration et de peur la foule venue les acclamer dans la vaste prairie de Castel-Novel.

Ceci à l’initiative d’Henry de Jouvenel qui inaugurait là l’un des premiers meetings aériens en Corrèze. Tous les journaux de l’époque se firent l’écho de cette grande manifestation au profit des aéroplanes militaires.vphoto2
À cette occasion, le maire de Brive, M. Bos, invita la population briviste à pavoiser et illuminer les demeures pour fêter les « courageux pionniers de la quatrième arme de la Défense Nationale ».
Ce fut la liesse pendant trois jours ; le 126e d’Infanterie fut mis à contribution, il assura le service d’ordre, sa fanfare claironnait à tout bout de champ, de Varetz à Brive, de Brive à Varetz.[…]